Conséquences psychologiques et sociales

L'interruption volontaire de grossesse  est un phénomène mondiale avec des implications majeures pour la santé publique. Nous verrons , grâce à certaines études , quelles sont les manifestations psychologiques avant et aprés l'avortement .

Selon le Symptom Cheklist, seulement 15% des femmes peuvent être considérée en "grande détresse psychologique". Par ailleurs , il est dit que les femmes souffrent d'anxiété , de dépression et de détresse psychologique généralement avant l'hospitalisation. En effet , en 1984, Cohen et Roth démontrent que les échelles de ces symptômes diminuent à l'arrivée à l'hopital et après l'intervention médicale. Certains facteurs comme la peur de l'infertilité ou de complications joueraient un rôle iportant dans la détresse psychologique de la femme. En 1991 , Zolese a également montré que deux tiers des femmes sur le point d'avorter peuvent être classées comme étant en souffrance psychiatrique selon le HADS.

Ensuite , dans les années 1980, des études ont montré une baisse progressive des symptômes évoqués précedemment, une diminution du stress émotionnel ainsi qu'une disparition des symptômes psychologiques après l'IVG. Tandis que les manifestations psychologiques diminuent aprés l'opération, des études démontrent que le niveau d'anxiètè et de dépression resterait élevé ( ou stable ) quelques semaines aprés l'IVG. Ces études tendent à démontrer que la peur de l'opération est un facteur majeur de l'anxiété mais qu'elle n'en est pas l'unique. 

Cependant , d'autres études montrent une augmentation considérable du bien-être des femmes après l'IVG. en se qui concerne l'estime de soi , henshaw et ses collaborateurs ont , de façon nuancée , exposé leurs recherches sur l'estime de soi pendant les semaines qui suivent l'avortement . Ils en ont deduit que chez 38% elle diminue , augmente cez 55% et reste stable chez 7% 

À long terme , nous notons , grâce à certaines recherches un niveau bas de détresse. En revanche les problémes psychologiques étaient plus fréquents chez les femmes ayant des antécédent. Enfin , la femme peut développer des troubles , dans sa vie sociale , notamment par le regard porté sur elle par son conjoint, sa famille, son entourage, par sa religion. Il y a aussi des sentiments de culpabilité aprés un avortement . 

Nous pouvons alors dire le moment le plus délicat semble être la période avant avortement , et d'autant plus difficile si elle a des antécédents de problèmes psychologiques. Cependant les études ont des résultats plus ou moins différents , les réponses sont mixtes. Il est donc vrai que les femmes ne ressentent pas toutes les mêmes sentiments à l'égart de l'IVG. Il faut alors que les patientes puissent avoir le droit à un suivi psychologique .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×